Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/03/2017

Des Traits sur le sable N°75

 

Jonathan l'Arlésien ?

Décidément, la vie du Sablier n’est pas un long fleuve tranquille.

Je n’avais d’ailleurs pas réalisé à quel point de multiples péripéties avaient émaillé son histoire, jusqu’à la réunion de tout l’équipe, réunion destinée à remercier Jean-Claude Ferrand pour tout le travail accompli pendant 13 ans, et à accueillir le nouveau Président, Etienne Hammann.
Lorsque j’ai entendu le « discours » de Jean-Claude Ferrand, je me suis rendu compte que cela avait été pour lui encore plus acrobatique que je ne l’imaginais. Je cite :

« …accompagner Gérard, c'est du vivant avec des retards, des reports, des ajustements, des annulations, des reprises, de nouvelles créations ou des temps apparemment morts mais qui sont en fait des temps de méditation créant le vide pour laisser venir ce qui doit venir....et il faut souvent pouvoir s'adapter aux situations nouvelles … »

Oui, je reconnais que tout cela est vrai, et bon courage donc au nouveau Président !

Mais alors justement, à propos de nouveau Président, en ce qui concerne les retards, reports, ajustements, annulations, et les nécessités de s’adapter aux situations nouvelles..., nous n’avions pas fini de nous remettre des émotions de la passation de pouvoir, que des imprévus et d’importants changements dans les activités d’Etienne Hammann rendaient pratiquement impossible qu’il puisse assumer la charge… de Président de La Compagnie du Sablier !!!
Et trois jours après la fête d’accueil, nous étions de nouveau à la recherche d’un Président.
Pour paraphraser une célèbre chanson des années 60, et jamais le même président *.
L’homme providentiel s’appelle Pierre Thierry-Mieg, et c’est lui qui signera le prochain édito de notre Lettre. Pierre a déjà beaucoup fait pour le Sablier, avec beaucoup de gentillesse et une grande efficacité.
Il a organisé pour nous les représentations de Ce matin j’étais lépreux et Vincent Van Gogh au Centre Huit à Versailles, se mettant lui-même aux manettes pour assurer la régie. Il a fait programmer Mon Luther au Temple de Versailles le 30 juin prochain dans le cadre du mois Molière. L’été dernier, il m’a accueilli dans sa maison dans le Lot-et-Garonne pour une représentation de Vincent van Gogh, pour laquelle il a lui-même installé dans sa grange toute une régie pour éclairer et sonoriser spectacle, il a fabriqué un écran géant pour la projection…
Etienne Hammann ne nous abandonne pas, bien au contraire, puisque il organise actuellement des représentations de Van Gogh à la Maison d’église de La Défense, tout en lançant un projet de tournée aux Pays-Bas !
Et Jean-Claude Ferrand, tout en assistant notre secrétaire Domitille de Malartic dans la formation à ses nombreuses activités, va rester très présent pour assister Pierre pendant les premiers mois.
Parfois je me demande si quand on a goûté au Sablier, il n’y aurait pas comme un risque d’addiction ….

Cela m’est l’occasion une fois de plus de remercier encore et toujours tous ces amis, et Linda aux comptes, et Eric au web, en plus des susnommés… et tous les autres qui nous soutiennent d’une manière ou d’une autre…

Au milieu de toutes ces tribulations, le montage et les répétitions de Mon Luther ne nous ont guère laissé le temps, aux uns et aux autres, de nous occuper de La prière de Jonathan, ni sur le plan artistique, ni en ce qui concerne le travail administratif pour le crowdfunding évoqué dans notre dernière lettre.
Jonathan va donc sans doute attendre plus longtemps que prévu une création décidément digne de l’Arlésienne.
Mais à l’inverse du personnage d’Alphonse Daudet mis en musique par Bizet, je continue à croire que lui, un jour, on finira par le voir !

Comme vous le constaterez en regardant le calendrier, les représentations de nos différentes productions se multiplient. Aussi je ne m’attarde pas davantage, je retourne vers Mon Luther, et en ces temps de plus en plus incertains, je vous propose une modeste petite certitude, une seule, mais une vraie, qui pourrait être la devise du Sablier : pas à pas, encore et toujours, pas à pas, on va y arriver, que dis-je, on y arrive. Pas à pas…

Gérard Rouzier

*Inventaire 66, Michel Delpech


Chers adhérents, chers soutiens

Gérard vous donne ci-dessus les nouvelles du Sablier qui pétille. Un mot simplement pour vous dire que je rencontre aujourd’hui des circonstances personnelles qui ne me laissent pas la disponibilité de bien poursuivre ma charge de Président. Je passe donc le relais, en continuant de m’impliquer sur certains projets. Je souhaite beaucoup de succès et de joie à mon successeur Pierre Thierry-Mieg, et de bons moments de fraternité, c’est une grande chance de fréquenter Gérard.
Bien amicalement

Etienne Hammann

10:08 Publié dans Bulletins | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Merci! Bravo!

Je n'ai pu assister qu'à une représentation: "Ce matin j'étais lépreux"

J'attends avec impatience votre passage à Lyon pour me réjouir et vous faire de la pub à mon petit niveau et vous applaudir!

Écrit par : canouil | 15/03/2017

Merci beaucoup !

Au plaisir de vous rencontrer à Lyon alors !

Cordialement

Gérard Rouzier

Écrit par : Gérard Rouzier | 15/03/2017

Les commentaires sont fermés.