Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/03/2021

Des Traits sur le sable N° 89

2051126667.jpg

Il y a les ateliers par Zoom, les temps de silence, et toujours l’incertitude en ce qui concerne les spectacles, ceux qui étaient programmés et qui sont régulièrement reportés, ceux qui étaient en répétition, qui sont en attente…

Alors nous avons eu un peu de temps pour regarder du côté de nos archives, et nous avons ressorti le film d’une représentation de L’Apocalypse de Saint Jean, qui avait été donnée par Gérard au début des années 2000.

619091901.jpegNous avons demandé Jean-Pierre Poggioli, réalisateur du film, de nous envoyer quelques dizaines de DVD que nous proposons à celles et ceux qui n’avaient pas eu l’occasion de voir ce spectacle, ou qui voudraient le revoir.
Gérard a raconté dans son livre De la scène à la Cène comment et pourquoi il avait monté ce spectacle, aidé par Pierre Lefebvre, avec qui il avait déjà monté L’Évangile selon Saint Jean. Toute une série de coïncidences l’avaient amené à se lancer dans ce projet “improbable”, “fou”, sur un texte “incompréhensible”. Comment une clé de lecture lui était peu à peu apparue, dans une démarche intuitive, intime, s’interdisant la lecture des interprétations existantes.
Voici quelques extraits du texte qui était distribué aux spectateurs à l’entrée de la salle :

… Ne vous est-il jamais arrivé d’avoir l’impression que le ciel vous tombait sur la tête ? Que tous vos repères explosaient, s’éparpillaient, se défaisaient, se diluaient ? Avez-vous connu cette sensation de vous noyer dans l’incompréhension, le désespoir ?
Avez-vous à certaines heures senti en vous ces luttes entre ce qui voulait se tourner vers la vie, la joie, les autres, l’amour, l’amitié, et la tentation du repli sur soi, avec les égoïsmes, les pessimismes, le jugement, le découragement ? Avez-vous vécu une dépression nerveuse, où avez-vous vu l’un de vos proches traverser cette épreuve ?
Êtes-vous assez âgé pour avoir connu cette impression d’être enfin arrivé au port, pour soudain vous apercevoir que “ça” recommence, et que finalement le combat ne finissait jamais, même s’il changeait parfois, peu ou prou, de forme ?
Et avez-vous parfois senti que malgré les apparences, la victoire de la vie était…possible ?
Celui qui a déjà ses propres clés de lecture de l’Apocalypse, qu’elle soient religieuses, philosophiques, ésotériques, numérologiques ou psychanalytiques, celui qui ne veut pas autre chose que se laisser emporter comme dans une symphonie, ou un voyage, ou un rêve (symbolique ou non), celui qui voit dans ce texte un récit de l’Histoire ou de l’avenir, et tous ceux qui ont leur interprétation personnelle, qu’ils accueillent ce spectacle avec bienveillance, comme un essai.
Ceux qui n’ont pas de “clé” (très subjective) pour aborder ce “monstre”, peut-être pourraient-ils essayer celle-ci : leur propre vie ?
Personnellement, et sans réduire le texte à cette seule lecture, je crois que lire où écouter l’Apocalypse de Saint Jean, c’est revisiter, même à notre insu, notre vie, nos prises de conscience, nos crises, nos effondrements, nos redressements, et toutes les étapes connues de nous seuls dans le secret de nos cœurs vers la Lumière, ou la Conscience, ou le Soi, comme vous voudrez. Vers le Christ.
Bien sûr, dans le cadre d’un spectacle la difficulté majeure était de trouver l’équilibre entre cette lecture totalement intérieure et la nécessaire dramatisation. Nous avons essayé. C’est là notre pari.

Gérard Rouzier


En ces temps de pandémie que d’aucuns jugent “apocalyptiques”, lire, écouter, regarder une interprétation de l’Apocalypse avec des clés destinées à éclairer le sens du combat sera peut-être utile à quelques chercheurs de sens, quelques “fous” qui ne peuvent s’empêcher de penser qu’il y a quelque chose à comprendre, que les événements nous parlent (pas de fin du monde, mais d’un com-bat intime, d’un chemin de vie).

Alors, comme Pascale Grobras le fait dire à Élie dans le spectacle Ce matin j’étais lépreux :

« Allons, debout Élie, lève-toi ! En route !!! »

Ce sont les derniers mots du spectacle. Initialement, le texte de Pascale se terminait par “En marche”. Mais les méandres de la vie politique française nous ont fait apporter une petite modification !! 

Commander le DVD de l'Apocalypse

17/12/2020

Des Traits sur le sable N° 88

2051126667.jpg

A l’heure où nous écrivons ces lignes, nous sommes entre la phase 1 et la phase 2 du déconfinement, et nous ne savons pas très bien si la phase 3 ne correspondra pas à un retour à la phase 1… (bien que la réalité objective ne soit vraiment pas drôle, voici une situation et une présentation dont l’irremplaçable Raymond Devos aurait sans doute fait quelque chose de savoureux, une fois de plus…)

Dans ces conditions, il est évidemment  bien difficile d’annoncer quoi que ce soit au sujet des représentations.

Nous nous apprêtions à annoncer (en fait le texte était déjà écrit, et nous faisons quelques modifications à quelques heures de l’envoi) la reprise de Charles de Foucauld frère universel le 20 janvier à Paris, la création d’un nouveau spectacle avec Francesco Agnello, Akedia, d’Adrien Candiard en février, et aussi de Bakhita. Vous trouverez toutes ces informations dans le calendrier, mais elles sont devenues incertaines. Nous vous invitons à consulter le site sur lequel nous mettrons des informations au fur et à mesure de l’évolution de la situation et des décisions gouvernementales.

Nous ne pouvons donc annoncer avec certitude que la poursuite des différents ateliers par zoom, et tout de même, une nouveauté.

Nous avions lancé une proposition pour toute la durée du confinement : deux rencontres de 30 minutes chaque jour, par zoom, samedi et dimanche compris, à 9 heures et 18 heures. Gérard Rouzier a conduit ces rencontres, en proposant une “mise en condition”, une phrase, tirée d’un texte biblique ou tout autre parole inspirante/inspirée, puis quelques minutes de silence. Ces rencontres ont reçu un accueil très chaleureux, et de nombreux témoignages, souvent très forts et émouvants,  sont venus nous confirmer que “l’idée était bonne”. Ces rencontres quotidiennes se sont terminés le samedi 5 décembre après la réunion de 18 heures, mais nous n’avions pas envie d’en rester là !

A la demande de plusieurs participants, Gérard continuera donc, un jour par semaine, le lundi à 8 heures et à 19 heures, à proposer une demi-heure en silence autour d’une phrase. Ces rencontres hebdomadaires, comme les rencontres pendant le confinement, sont gratuites et libres d’accès. Chacun(e) vient quand il veut, quand il peut. La phrase du jour est envoyée par mail après chaque rencontre.
SI vous souhaitez participer à ces réunions, merci de nous l’indiquer par mail à contact@compagniedusablier.org, ou au téléphone en laissant un message au 01 71 54 89 41.

Pardon aux lecteurs des Traits sur le Sable qui le reçoivent sous la forme papier, l’information concernant ces rencontres a été diffusée par Internet, par mail et sur le site du Sablier, mais éloignés les uns des autres comme nous l’étions avec nos emplois du temps bien bousculés par la situation (confinement ne signifie pas inaction, bien au contraire, certain(e)s d’entre vous en ont probablement fait l’expérience !), un envoi par courrier était très problématique à organiser.

AVEC TOUT CELA, NOUS VOUS PRÉSENTONS TOUS NOS VOEUX POUR L’ANNÉE 2021 !!!!

L’équipe du Sablier


Nous vous signalons la parution d’un très beau livre réalisé par Sheela et Claude Eichenberger, les responsables du Centre Artistique de Piégon, Choisir la liberté, qui regroupe des écrits et des dessins de Jean-Pierre EIchenberger et expliquent sa démarche et les raisons pour lesquelles il a créé le Centre artistique.
Dans la préface, Michael Lonsdale écrit : « On découvre la richesse de l’homme à chaque page. Un recueil plein de force qui appelle à la Lumière. »
Vous pouvez l’acheter en librairie ou le commander en adressant un chèque de 20 € + 6,77 € de frais d‘envoi à l’ordre du 
"Centre Artistique de Piégon", 349 Chemin de Fontatière 26110 Piégon - France


Pour découvrir ou faire connaître la pensée de Marcel Légaut, nous vous rappelons l’excellent livre de Jacques Musset, Marcel Légaut, l’appel à vivre vrai, qui présente à travers un témoignage personnel sensible et profondément vécu par l’auteur les grand axes de cette pensée authentique, exigeante et originale.
En vente en librairie au prix de 16 €

Nous vous signalons également la parution d’un nouvel ouvrage sur Marcel Légaut : Marcel Légaut, éveilleur de l’essentiel
Six amis de Marcel Légaut font l’expérience de la fécondité humaine et spirituelle de ses écrits qui les éveillent à l’essentiel. 
Vous pouvez commander ce livre à Jean-Jacques CHEVALIER
06 11 83 96 85
jeanjacqueschevalier1944@gmail.com
Prix : 23 €

09:35 Publié dans Bulletins | Lien permanent | Commentaires (0)

25/08/2020

Des Traits sur le sable N° 87

2051126667.jpg

Si la situation sanitaire le permet…
En présentiel… En visioconférences… Incertitude…

Voici des mots et expressions qui vont désormais faire partie de notre paysage, et qui, au Sablier comme ailleurs, s’appliqueront à presque toutes nos activités.
C’est donc, “une fois pour toutes”, si la situation sanitaire le permet, que les propositions indiquées dans le calendrier des ateliers, stages et spectacles, pourront avoir lieu.

Cet été, ont eu lieu en visioconférence le stage “Dire les Éveilleurs”, initialement prévu à Mirmande, et à l’heure où nous écrivons, nous nous pré-parons pour le stage de théâtre “en présentiel” à Piégon; nous serons comme d’habitude accueillis au Centre artistique, et “en raison de la situation sanitaire”, de façon à préserver la “distanciation sociale” (mais qui a inventé cette expression étrange ?), nous ne travaillerons pas dans les locaux habituels, mais dans l’église de Piégon, aimablement prêtée par le prêtre aux responsables du Centre.

Frédéric Schmitt, interprète de J’aimerais arrêtée, (voir Les Traits sur le sable N° 85) a organisé une tournée en Bretagne dont nous vous donnons le détail ci-dessous, tournée au cours de laquelle il interprétera le très beau spectacle Les carnets de Harry Haller, d’après Le loup des steppes, de Hermann Hesse, et Gérard Rouzier L’Évangile selon Saint Jean, et Vincent van Gogh, la quête absolue. Des ateliers Dire la Bible, animés par Gérard Rouzier, seront également proposés.
Cette “tournée celte” nous consolera de l’annulation d’Avignon…

En ce qui concerne la création d’A fleur d’âmes, sur des textes de Maurice Zundel et des poèmes de Jacqueline Kreiss, initialement prévue au mois de juin au théâtre Saint Louis en l’Île, nous ne savons pas actuellement ce qui sera possible. Nous envisageons un enregistrement des textes, qui serait disponible sur Internet. Idem pour Vincent van Gogh, la quête absolue, dont une série de représentations était également prévue à partir du mois de mai…

UNE INNOVATION, dont on doit pouvoir dire qu’elle se fera “quoi qu’il en soit”, innovation née de la période de confinement et des adaptations qu’il a bien fallu trouver, à savoir les stages ou ateliers en visioconférences, qui, à la surprise de plusieurs, se sont révélés très riches pour le travail en profondeur, et aussi occasions de belles rencontres et découvertes. Nous proposerons donc des “Ateliers du mardi en visioconférences”, dont vous trouverez le détail dans le calendrier.

En ces temps d’incertitude générale et d’adaptation permanente, il nous a semblé raisonnable de n’indiquer dans notre calendrier que les informations relatives au dernier trimestre de l’année 2020.

Ensuite, on verra bien…

Et en ces temps d’incertitude générale et d’adaptation permanente, nous vous souhaitons une très belle rentrée !

08:17 Publié dans Bulletins | Lien permanent | Commentaires (0)

20/03/2020

Des Traits sur le sable N° 86

2051126667.jpg

La “deuxième création” de J’aimerais arrêtée, (voir notre bulletin de décembre 2019) le 3 mars à Martigues, a été un beau succès.
Le public a exprimé une très forte émotion, et lors de l’échange qui a suivi plusieurs ont dit la force et l’importance de ce spectacle ; les interprètes, Ilana Waysberg et Frédéric Schmitt ont reçu de nombreux retours enthousiastes et reconnaissants pour ce qu’ils avaient donné.
Pourquoi “deuxième création” ?
Parce que l’on peut nous semble-t-il considérer que les lectures qui ont été faites à Martigues et Marseille fin novembre étaient une “première création”. En effet, jusque-là jamais le texte n’avait été dit en public.
Et il y aura une “troisième création”. Car le délai très court entre les lectures et la commande de Martigues ne nous a laissé le temps que d’une “théâtralisation“ partielle, et nous avons dû donner la première partie du spectacle en lecture.
Donc, d’ici la fin de l’année, il y aura une “troisième création”.

Si les événements le permettent.

Le stage à Piégon autour des Dialogues avec l’Ange a également été un très beau moment. Les retours de la plupart des participants expriment leur joie d’avoir plongé dans ce texte et disent avec force ce que cela leur a apporté.

Il s’agissait là pour nous d’une “première”, une création aussi, en quelque sorte.

Quand l’information sur ce stage est parue dans le numéro précédent de notre Lettre, certains lecteurs nous ont écrit, pour nous mettre en garde contre ce texte. D’autres pour nous féliciter et se réjouir que nous proposions un stage.

La manière dont le stage s’est déroulé nous incite en tout cas à poursuivre l’aventure. A suivre…

Pour cause de coronavirus, les spectacles, cours, ateliers, stages sont suspendus, ou annulés, ou reportés.

Vous trouverez sur ce site une information actualisée en fonction de l’évolution de la situation. Et nous vous écrirons à nouveau dans quelques semaines.

En attendant, comme nous préférons penser qu’au mois de mai la crise sanitaire sera passée, nous préparons la reprise de Van Gogh à Paris, et une lecture-spectacle, À fleur d’âmes. Van Gogh sera programmé en mai, À fleur d’âmes en juin.
À fleur d’âmes mettra face à face la poésie et la cybernétique. Maurice Zundel présente (pour mieux les démonter ensuite) les raisonnements des cybernéticiens qui démontrent que l’homme n’est qu’une machine ; sans une once d’esprit polémique, Jacqueline Kreiss nous offre sa poésie. Qui sans le vouloir met à mal ces théories scientistes…

Là aussi, comme toujours, à suivre…

Bon courage pour cette période très particulière.
Le Sablier

09:36 Publié dans Bulletins | Lien permanent | Commentaires (0)

11/12/2019

Des Traits sur le sable N° 85

2051126667.jpg

Bonjour à toutes et à tous,

Voici une Lettre particulièrement fournie, avec de nombreux nouveaux projets et propositions ! Donc un peu plus longue que d’habitude !
Bonne lecture !

Dialogues avec l’Ange

Depuis vingt ans, mon ami Eric me parlait des Dialogues avec l’Ange, m’expliquant que ce livre était pour lui, comme pour beaucoup d’autres, un ouvrage spirituel de première importance.
Et depuis vingt ans, je résistais, ayant tenté à quatre reprises de lire l’ouvrage en question, avec à chaque fois la même irritation et le même rejet violent. Le style me rebutait et faisait écran.
La seule chose qui m’empêchait de considérer ce livre comme une simple escroquerie était que je connaissais bien Eric, son exigence, et l’authenticité de sa quête spirituelle. Du coup, je ne comprenais simplement pas.

Et puis je ne savais pas quoi penser de cette histoire de ces 4 amis, en Hongrie, en 1943 ; Gitta, catholique, Lili, juive, Hanna et son mari Joseph, juifs, partageaient une maison à Budaliget, près de Budapest. Un jour, un ange s’était mis à leur parler par la voix d’Hanna, et Gitta avait transcrit les paroles. Lili, Hanna et Joseph étaient morts en déportation, et Gitta, après 20 années passées sous la botte communiste, avait enfin pu quitter la Hongrie. Arrivée en France, elle avait réussi à faire éditer le livre, qui avait rapidement connu un véritable succès, avant d’être traduit en 20 langues.

Non, je ne savais pas quoi penser de tout cela, au vu du rejet si puissant que ce livre m’inspirait.

Avec une ténacité admirable, Eric me suggère un jour de lire La source blanche, de Patrice Van Eersel, qui relate toute l’histoire. Par amitié, je lis.

Et là, il se passe “quelque chose”.

L’histoire “me parle”. Et surtout, les extraits des Dialogues résonnent en moi. Soudain, d’une façon totalement inattendue, ils font sens. Puissamment.

A nouveau, je lis “le Livre”. Et c’est comme si des écailles tombaient de mes yeux. Ce qui ne signifiait rien devient soudain lumineux, il y a là une véritable nourriture, je comprends. Je comprends.

Ensuite, beaucoup de temps, au fil des aubes, d’un face à face silencieux avec ces pages incroyables, puis quelques discussions, des premières réunions tâtonnantes avec quelques amis, des signes et coïncidences par dizaines…

Et je propose un premier stage en février à Piégon, dans ce centre Culturel si cher au coeur de tous ceux qui y sont passés.

Beaucoup plus rapidement que lors des stages précédents, le nombre maximum d’inscrits est atteint.

Eric a été le premier inscrit…

A suivre…

Gérard Rouzier

Pour en savoir plus : dialogues avec l'ange { documents }

Prières d’hommes

A l’occasion du trentième anniversaire de la mort de Marcel Légaut, l’Association culturelle Marcel Légaut, avec qui nous allons créer un spectacle-hommage en août 2020 (voir Des traits sur le sable n°84), a demandé au Sablier de refaire un CD des Prières d’hommes, que Marcel Légaut avait enregistré lui-même dans les années 80.
La qualité de l’enregistrement de l’époque ne passait plus très bien, et nous avons donc réalisé au Studio des Cèdres, avec Olivier Chamard, une nouvelle mouture.
Gérard lit les prières, et Anne Seval, fidèle amie du Sablier et lectrice depuis de nombreuses années de Marcel Légaut, prête sa voix pour lire des extraits de textes écrits par Thérèse de Scott dans Vie spirituelle et Modernité.

Vous pouvez vous procurer ce CD en envoyant un chèque de 15 € + 3 € de frais d’envoi à

L’ACML
Françoise Servigne
407 avenue de la Libération
77350 Le Mée-sur-Seine – France

J'aimerais arrêtée

François Wioland est un ami (encore un !) du Sablier depuis de nombreuses années. Il nous a accueillis à Martigues et à Aubenas pour des sessions Dire la Bible, des représentations de l’Evangile de Jean, et plus récemment, pour Charles de Foucauld, frère universel, avec Francesco Agnello.
François est bénévole à l’Association Le Nid, qui vient en aide à des personnes prostituées.
Il y a quelques années, Le Nid lui a demandé de répondre au courrier d'une jeune fille qui se disait profondément ancrée dans la prostitution et souhaitait en sortir.

François, qui dans le livre s’appelle Gabriel, et cette personne, qui dans le livre s’appelle Sonia, ont eu un échange de mails pendant plusieurs mois.
A la suite de ces échanges, qui ont été essentiels pour elle, Sonia a réussi à changer totalement de vie.
François, avec l’accord de Sonia, a réuni tous leurs échanges, sans y changer un seul mot ni une seule faute d’orthographe, dans un livre intitulé Prostitution étudiante : en sortir.

Nous avons souhaité tenter l’expérience de lectures publiques de ces échanges, avec l’idée, si ces lectures se révèlent porteuses d’un “plus", de créer un spectacle l’année prochaine.

Ilana Waysberg et Gérard ont lu J’aimerais arrêtée les 28 et 29 novembre à Marseille et Martigues.

Manifestement les spectateurs ont été très touchés.
Nous avons eu des retours extrêmement positifs, avec de nombreux commentaires et suggestions pour passer d’une simple lecture à une réalisation plus élaborée.

Nous prenons le temps de réfléchir aux suites possibles à donner à cette initiative.
Donc, comme souvent avec le Sablier: à suivre…

L’Evangile selon Saint Jean à Notre Dame des Anges

Après le succès des représentations données en mai à Notre-Dame-des-Anges, nous avions fait le pari de reprendre une série de représentations en octobre et novembre.
Pari gagné. Le public était là, nombreux, les réactions toujours aussi positives, de nombreux spectateurs sont revenus une ou plusieurs fois en amenant des amis… Grande joie pour le Sablier.

L’Evangile selon Saint Jean à l’Oratoire du Louvre

Dans Des traits sur le sable n°83 (juin 2019) du Sablier, nous vous annoncions avec tristesse le décès de Jean-Marcel Lebbre.
Jean-Marcel avait à coeur que Gérard donne une représentation de l’Évangile de Jean à l’Oratoire du Louvre à Paris. Il en avait parlé à l’Oratoire, et lors des derniers échanges avec Gérard avait, chaque fois, évoqué ce projet qu’il souhaitait mener à terme.

Nous organiserons une représentation le samedi 20 juin 2020.

Cette représentation sera donnée à la mémoire de Jean-Marcel, et la recette sera intégralement versée à la Cimade, l’une des très nombreuses associations caritatives et humanitaires pour lesquelles Jean-Marcel a oeuvré infatigablement jusqu’à la fin de sa vie.

A fleur d’âmes

Autre création du Sablier à venir, dont nous avons parlé déjà dans les précédents numéros des Traits, A fleur d’âmes, une lecture-spectacle de Gérard Rouzier, à partir des poèmes de Jacqueline Kreiss et d’un texte de Maurice Zundel, l’Avenir de l’homme.

Dans ses poèmes, Jacqueline Kreiss écrit sur la nature, sur les petits gestes du quotidien, sur les orages et les accalmies extérieures et intérieures.
Ceux et celles qui ont découvert sa poésie disent que Jacqueline voit ce que les autres ne voient pas. Immobile dans la forêt, elle reçoit tout ce que les arbres, les plantes, les couleurs, l’air du temps lui disent. Elle n’est pas chamane, ni magicienne, ni fée. (Quoi que !)
Elle est poète.

Dans l’Avenir de l’homme, Maurice Zundel, prêtre et théologien catholique, s’interroge sur l’avenir de l’homme face à l’hégémonie du machinisme, et aux “preuves éclatantes” de cybernéticiens pour qui l’homme est une machine imparfaite, une machine dont toutes les actions et réactions sont les résultantes de mécanismes physico-chimiques.

Il s’efforce de démontrer l’erreur de cette vision de l’être l’humain.
La poésie de Jacqueline apporte un soutien (involontaire) à sa réflexion.

Jacqueline lira ses poèmes et Gérard lira le texte de Zundel, pour deux représentations au théâtre de l’Ile Saint Louis à Paris les 16 et 23 juin 2020.

Vincent Van Gogh, la quête absolue

Enfin, nous avons la joie de vous annoncer la reprise à Paris du spectacle sur Vincent van Gogh, par Gérard Rouzier, pour 6 représentations en mai et juin 2020. Consulter le calendrier des spectacles.

07:32 Publié dans Bulletins | Lien permanent | Commentaires (1)