Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/06/2019

Calendrier des spectacles

 

L'Evangile selon Saint Jean

dit par Gérard Rouzier
Mise en scène de Pierre Lefebvre

  • Gérard_Rouzier_S.jpgPARIS 6e : les lundis du 30 septembre au 2 décembre 2019 à 20h
    Chapelle Notre-Dame-Des-Anges, 102 rue de Vaugirard.
    Participation libre aux frais
  • SAINT-CYPRIEN (24) : vendredi 27 septembre 2019 à 21h
    Salle des fêtes
    Entrée : 15 € ; TR : 12 € (adhérents, étudiants, chômeurs).
  • ANTONY (92) : vendredi 28 février 2020
    Eglise Saint-Saturnin, 2 place de l’église.

 

Charles de Foucauld, frère universel

1526210511.jpgLa vie de Charles de Foucauld, son cheminement spirituel depuis sa jeunesse débauchée jusqu’à son dépouillement absolu et son abandon total à Dieu.

Mise en scène et musique : Francesco Agnello, avec Gérard Rouzier.

  • MARTIGUES (13) : samedi 12 vendredi 4 octobre
  • NANTES : dimanche 13 octobre
  • GRISY-SUISNES (77) : dimanche 8 décembre
  • AVIGNON : jeudi 19 et vendredi 20 décembre
  • GENEVE : lundi 23 mars 2020

Participation libre aux frais
Pour plus de détails,  centenaire.charlesdefoucauld.org/Spectacle-Charles-de-Fou... ou appeler le 06 64 64 01 51.

 

Au nom de la mère

Au_nom_de_la_mere-Comapgnie_du_Sablier 170.jpgUn très beau texte d'Erri de Luca qui met en présence Marie et Joseph après l’Annonciation.

Mise en scène et musique : Francesco Agnello.
Avec Johanna Berrebi (Marie) et Gérard Rouzier (Joseph).

  • PARIS 6e : 15, 22, 27,28, 29 décembre 2019
    Chapelle Notre-Dame des Anges, 102 rue de Vaugirard.
    Participation libre aux frais. Renseignements : 06 64 64 01 51

21:28 Publié dans Spectacles | Lien permanent

Calendrier des ateliers et stages

 

Dire la Bible

  • PARIS 6e, les jeudis 10 octobre, 7 novembre, 12 décembre 2019 ; 16 janvier, 6 février, 5 mars, 23 avril, 14 mai, 18 juin 2020, de 20h à 22h.
    Forum 104, 104 rue de Vaugirard (métro Saint Placide)
    Prix : 20 €, inscription obligatoire auprès de la Cie du Sablier

 

Théâtre

Travail de scènes, construction du personnage, improvisation.
Animation : Gérard Rouzier

  • VERSAILLES
    Ateliers au 3ND, 3 rue des Missionnaires à Versailles.
    Reprise en septembre 2019 de 18h à 20 h (adolescents) et de 20h à 22h30 (adultes).
    Renseignements au 3ND : 01 78 52 44 40

21:20 Publié dans Ateliers et stages | Lien permanent

Des Traits sur le sable N° 83

2051126667.jpg

Les joies de Jean

Les représentations de l’Evangile selon Saint Jean à Notre-Dame des Anges au mois de mai ont été de vrais moments de bonheur.
Le public a répondu, il y a eu de plus en plus de spectateurs au fil des représentations. Les paroles reçues après les représentations étaient très émouvantes, très fortes.
Cela nous a amenés, d’accord avec la Chapelle, à envisager une reprise à la rentrée ; Gérard donnera donc une nouvelle série de représentations, cette fois le lundi à 20 heures, du 30 septembre au 2 décembre 2019.
Ensuite, pendant les fêtes de Noël, nous donnerons plusieurs représentations avec Francesco Agnello et Johanna Berrebi de Au nom de la mère, de Eri de Luca, qui avait également suscité beaucoup d’émotion l’an dernier à la même période.
Et si les représentations de l’Evangile de Jean attirent autant de monde cet automne qu’au mois de mai, peut-être pourrons-nous continuer…

C’est en grande partie grâce à la générosité de nos adhérents que cette aventure a pu si bien fonctionner. En effet, ce sont les dons reçus qui nous ont permis de lancer une longue campagne de publicité sur Radio Notre Dame, qui a véritablement très efficacement contribué à l’information et à la venue du public ; et qui a été totalement amortie - et même un peu plus qu’amortie ! - par les recettes !

A la rentrée, nous ouvrons un nouvel atelier Dire la Bible, toujours animé par Gérard. Il aura lieu un jeudi par mois au Forum 104 (Voir le calendrier)

Le projet de dessin animé de Rose et Jeannot avance très lentement mais sans faiblir, le CD sur les prières de Marcel Légaut sortira (normalement !!) avant la fin de l’année…

Cet été, il y aura Le 5ème évangile au Festival d’Avignon, puis en août des stages : théâtre, les Eveilleurs… Un été habituel, en somme !

Nous vous souhaitons de très belles vacances !

Le Sablier

Rapport moral du président (AG du 13 juin 2019)

Chers amis,
Voilà maintenant 2 ans que j’assure la Présidence de La Compagnie du Sablier. L’année 2018 fut moins mouvementée que l’année précédente, après le renouvellement à rebondissement de la licence de Gérard qui a été réalisée grâce à l’intervention de Jean-Claude Ferrand qui a accepté de rester dans le Conseil comme vice-président.
Cependant on peut dire que chaque année est marquée par un évènement majeur.
En 2018 Gérard Rouzier est devenu retraité des intermittents du spectacle. C’était une très bonne nouvelle pour lui, car cela représente un terme où le voilà enfin récompensé de ses années de labeur dans un métier difficile.
J’aurais pu avoir des craintes sur l’avenir de la Compagnie. Celles-ci se sont vite estompées en constatant le doublement de l’activité de Gérard (qui, on le sait ne peut concevoir l’existence sans travail). La Compagnie profite en 2018 de cette situation, la preuve en est, en constatant sa bonne situation financière.
Du fait du nouveau statut de Gérard la question s’est posée de sa rémunération par la Compagnie. Ses spectacles peuvent toujours être l’objet de rémunération via Allo Jazz comme auparavant. Par contre ses autres activités sont plus difficiles à rémunérer. Grâce à Jean-Claude, l’idée du statut d’auto entrepreneur est évoquée et adoptée par Gérard après avis de ses caisses de retraite. Gérard pourra donc être rémunéré de ces autres activités par Le Sablier dans le cadre d’une convention avec la Compagnie.
Dans ce rapport je souhaite aussi souligner l’importance des dons des adhérents. Ils sont essentiels pour l’existence de l’Association et ceux-ci ont été tout à fait exceptionnels en 2018. L’association remercie très chaleureusement tous les donateurs pour leur générosité, qui a permis, comme nous le soulignons par ailleurs, de soutenir efficacement les représentations de l’Évangile de Jean à Paris.
Je souhaite enfin rappeler l’importance de l’équipe qui travaille pour Le Sablier. Je lui suis très reconnaissant : Jean-Claude bien sûr, mais aussi Domitille, assistante et secrétaire, Linda pour la comptabilité et Éric pour la communication par internet.
Merci Gérard et longue vie à La Compagnie du Sablier !
Pierre Thierry-Mieg

Coup de pouce

La Compagnie du Sablier travaille régulièrement avec le Centre Artistique de Piégon, que ce soit pour des stages de théâtre, pour Dire la Bible, ou pour des représentations de nos productions.
Le Centre Artistique est un lieu rare et précieux. Il connaît actuellement des difficultés en raison de la nécessité impérieuse de faire des travaux sur le toit, et nous avons à cœur d’aider Sheela et Claude dans ce moment délicat.

Gérard donnera le 28 août une représentation de Van Gogh, la quête absolue au profit de cette restauration.

Vous pouvez consulter le site du Centre, et vous comprendrez ce que nous voulons dire quand nous parlons d’un lieu rare et précieux.
Si vous souhaitez aider le Centre, vous trouverez également sur le site le lien avec HelloAsso qui recueille les dons pour le toit.

Voici quelques lignes que nous avions demandé à Sheela Eichenberger d’écrire pour le Sablier.

Le Centre Artistique de Piégon, fondé en 1965 par le peintre et sculpteur Jean-Pierre Eichenberger reçoit à longueur d'année des artistes et des amoureux des Arts en quête de silence, d'un accueil convivial et fraternel. Les heures des repas offrent toujours de hauts moments de partage.
En ce lieu situé dans un cadre d'une grande beauté naturelle, l'esprit souffle allègrement et favorise toute activité créatrice. Les sessions Dire la Bible et les stages de théâtre menés par Gérard Rouzier en sont un vivant exemple.
Le public du Centre a eu ainsi ces dernières années le privilège d’entendre l'Évangile de Saint Jean, Van Gogh ou la quête de l'Absolu, Ce matin j'étais lépreux et Notes intimes de Marie Noël interprété par Huguette Lassale.

Centre Artistique de Piégon

Un grand ami du Sablier nous a quitté

Jean-Marcel Lebbre-Francart nous a quitté le 6 juin dernier, “sereinement”, selon le mot employé pour nous annoncer cette triste nouvelle.
Jean-Marcel était notre ami depuis plus de vingt ans. Il était toujours là, à toutes nos créations, qu’il est venu voir plusieurs fois, amenant toujours avec lui de nouveaux amis. La dernière fois que nous nous sommes vus, c’était à l’occasion d’une représentation de Charles de Foucauld à Saint-Augustin à Paris.
Je n’ai jamais vu Jean-Marcel autrement qu’attentif et présent aux uns et aux autres. Dans ses activités de Président du GPA (Groupe Protestant des Artistes), dans son engagement à la Cimade, dans ses activités d’organisateur d’expositions (Jean-Marcel était peintre - entre autres activités artistiques - et œuvrait à faire connaître les artistes), dans ses visites aux amis et amies malades, dans ses relations avec tous et toutes, Jean-Marcel était dans le don, le don de son temps, de son affection, de son empathie.
Protestant engagé, grand, très grand humaniste, il est pour moi l’incarnation parfaite de ces paroles de Jean dans sa première épître :

Qui demeure dans l’amour demeure en Dieu, et Dieu demeure en lui.

J’ai toujours vu et entendu Jean-Marcel “demeurer dans l’amour” de toutes celles et ceux qu’il rencontrait ou dont il me parlait.
Ce sont ces paroles que je souhaite dire et redire pour évoquer cet ami :

Qui demeure dans l’amour demeure en Dieu, et Dieu demeure en lui.

Gérard Rouzier

Jean-Marcel tenait beaucoup à ce que Gérard revienne donner L’Évangile selon Saint Jean au temple de l’Oratoire à Paris, il nous en avait parlé plusieurs fois.
Une représentation sera donc donnée à sa mémoire, nous vous indiquerons la date à la rentrée.
La recette de la représentation sera versée à une oeuvre choisie par la famille de Jean-Marcel.

Adhésion à l'association

Si vous n'êtes pas adhérent(e) ou si vous n'avez pas renouvelé votre adhésion pour 2019, il est encore temps de le faire ! Nos projets étant ambitieux, toute contribution financière sera appréciée. Merci d'avance.


LA COMPAGNIE DU SABLIER - Association loi 1901
Nom...........................................................Prénom.............................................. adresse.................................................................................................................. tel...................................courriel..........................................................................
déclare adhérer / renouveler mon adhésion à la Compagnie du Sablier pour l'année 2019
comme membre bienfaiteur : min 50€, actif : mini 20€, sympathisant : mini 12€
et adresse un chèque de ...................... à l'ordre de La Compagnie du Sablier
le......................................signature
A envoyer à Compagnie du Sablier, 13 bd de la République 92210 Saint-Cloud  
Un justificatif fiscal vous sera envoyé début 2020.

21:00 Publié dans Bulletins | Lien permanent | Commentaires (0)

22/12/2018

Des Traits sur le sable N° 81

2051126667.jpg

Il est difficile de ne pas parler des événements qui ont secoué la France depuis plusieurs semaines, même si ce n’est pas là la vocation du Sablier. Nous en parlerons donc, à notre manière, à la manière du Sablier, qui est de toujours donner des paroles à accueillir, essayer encore et toujours de transmettre, partager, faire partager des paroles de vie.

En ces temps dramatiques, les paroles d’Etty Hillesum, (eh oui, encore et toujours Etty !), résonnent une fois de plus pour qui accepte de les entendre :

Notre unique obligation morale, c’est de défricher en nous-mêmes de vastes clairières de paix et les étendre de proche en proche, jusqu’à ce que cette paix irradie vers les autres. Et plus il y a de paix dans les êtres, plus il y en aura aussi dans ce monde en ébullition.

En moi un immense silence, qui ne cesse de croître. Tout autour, un flux de paroles qui vous épuisent parce qu’elles n’expriment rien. Il faut être toujours plus économe de paroles insignifiantes pour trouver les quelques mots dont on a besoin. Le silence doit nourrir de nouvelles possibilités d’expression. Il faut si peu de mots pour dire les quelques grandes choses qui comptent dans la vie. Je voudrais tracer ces quelques mots au pinceau, sur un grand fond de silence.

Et nous, comment parlerons-nous donc de ce qui a secoué si violemment notre pays ?

Simplement en citant quelques passages d’un spectacle présenté voici quelques années par le Sablier à Paris et au Festival d’Avignon, Saint Louis et les cahiers du Président.

Voici donc un extrait des paroles que Saint Louis adressait au Président de la république nouvellement élu, dans ce qui n’était qu’une comédie sans prétention militante :

Ton pouvoir aujourd'hui n'est pas le pouvoir que j'ai eu moi lorsque j'ai dirigé la France. Les réseaux inextricables d’interdépendance à l’infini des uns et des autres ne sont peut-être pas une mauvaise chose finalement, elles rendent plus difficile l’arrivée d’un nouveau tyran. Mais la montée de puissances financières devenues folles et pour une grande partie occultes et criminelles dans des proportions que la planète n'avait jamais connues plonge à nouveau une foule toujours plus nombreuse dans la misère, et de cet incroyable retour en arrière peut jaillir une autre révolution, terrible, barbare, qui ramènerait la victoire des ténèbres pour quelques décennies encore... Ah mon Jeannot. Mais toi tu es Président de la France.
Ce que tu peux faire, ce que tu as le devoir de faire, je vais te le dire : cherche la justice, encore, toujours. La justice, Jean, la justice. SI tu cherches la justice, si tu mets toute ton énergie, toute ton intelligence, toute ta force, dans la recherche et l'exercice de la justice, tu désamorceras la violence, la haine, tu désamorceras les enchainements de causes et d'effets qui génèrent les situations ingérables, même pour un président, même pour un roi, même pour un empereur, même pour un pape.

Cherche la justice, Jean. La justice.

Je réécoute aujourd’hui la voix puissante, chaude, magnifique du regretté Damien Ricour qui nous avait fait l’amitié d'enregistrer ce texte pour nous.

Le spectacle avait reçu un bel accueil à Paris, et le père Stalla-Bourdillon, prêtre de la paroisse Sainte Clotilde, la « paroisse des politiques », située à quelques centaines de mètres de l’Assemblée Nationale, m’avait dit le soir de la première, à l’instar de plusieurs spectateurs : « Il faudrait qu’« ils » viennent voir ce spectacle ».

« Ils » n’étaient pas venus.

Bien sûr, cela n’aurait pas changé le monde. « Ils » avaient autre chose à faire, c’est sûr.

Mais tout de même.

« Ils » n’étaient pas venus.

Nous vous souhaitons le meilleur Noël possible, et une belle année 2019, tournée vers la vie. Tournée vers la vie. Tournée vers la Vie.

Le Sablier

En cadeau de Noël, nous vous proposons quelques extraits du livre Il est permis d’espérer, de Vaclav Havel (Calmann-Lévy), un auteur qu’on n’entend plus guère et que le monde serait bien inspiré d’écouter aujourd’hui.

La voie d’une réelle universalité ne réside pas dans le compromis entre diverses altérités contemporaines, mais dans la recherche commune de l’expérience commune la plus fondamentale que l’homme a de l’univers et de lui-même en son sein.

S’il (l’homme) ne tire pas les leçons de notre expérience qui nous a montré où mène son orgueil lorsqu’il invente des utopies rationnelles pour créer un paradis sur terre, et s’il continue dans sa vision anthropocentrique du globe, il lui en coûtera cher, à lui et au reste de la planète. Si la prospérité de sa société de consommation continue à lui importer plus que tous les fondements de cette prospérité, il ne tardera pas à la perdre elle aussi.

N’oublions pas de penser l’Être.

 

11:53 Publié dans Bulletins | Lien permanent | Commentaires (0)

12/09/2018

Des Traits sur le sable N° 80

2051126667.jpg

Le bel été

L’été du Sablier fut beau et fécond, riche en évènements et rencontres de qualité ; les représentations au Festival d’Avignon de Frère Henri Vergès, le 5ème évangile, en collaboration avec l’Aircac, l’association de Francesco Agnello, nous ont valu d’être classés par le site du Festival off parmi « les meilleurs du Off », ce qui fait toujours plaisir, avec une fréquentation du public en montagnes russes, mais ce sont les aléas du Festival ; nous nous sommes posé quelques questions (sans réponses pour l’instant), sur le titre, finalement assez mystérieux pour le public. A suivre…

Le stage de théâtre au Centre Artistique de Piégon et la session « Dire les éveilleurs » à Mirmande, avec cette année au programme Marcel Légaut et Maurice Zundel, ont été une fois de plus l’occasion de vivre de belles heures de jeu et de rencontres en profondeur. 

Puis il y eut Van Gogh la quête absolue dans le Périgord, et même une représentation « imprévue » de L’évangile selon Saint Jean près de Mâcon (quand vous arrivez chez des amis pour passer quelques jours de vacances et qu’ils vous demandent en vous accueillant « Tu serais d’accord pour donner une représentation demain soir, il y a plusieurs amis qui seraient tellement contents… », comment refuser ?...

Oui, l’été fut beau, riche et fécond.
 Des différentes rencontres sont nés de nouveaux projets dont nous parlerons dans le prochain bulletin (le temps que les projets deviennent des réalisations en chantier), et d’ici là, la rentrée verra (sans doute, nous attendons la confirmation) la reprise de Charles de Foucauld frère universel. à Saint Augustin à Paris, en attendant celle de Frère Henri Vergès le 5ème évangile, qui elle ne reprendra que début 2019, la chapelle Notre Dame des Anges étant en travaux jusque là.

A partir d’octobre, premières « prestations » avec l’APM (voir bulletins précédents).

 Les cours de théâtre reprennent à Versailles en septembre, et l’atelier « Dire les éveilleurs », à l’Espace Bernanos à Paris, sera consacré cette année aux écrits du père Henri Caffarel sur la prière.

C’est dans cette dynamique, déjà relancée, que nous vous souhaitons à tous une très belle rentrée. Nous souhaitons à chacun de reprendre ou de tenir fermement son bâton de pèlerin, et que le chemin, rude ou doux, mais toujours exigeant, vous garde toujours joyeux et tournés vers la vie.

 Bonne rentrée !

Le Sablier

DIRE Marcel LEGAUT… et Maurice ZUNDEL avec Gérard Rouzier

Pendant une semaine les murs de la Magnanerie se sont imprégnés des paroles vraies de deux éveilleurs : Marcel Légaut et Maurice Zundel.Gérard Rouzier, comédien, est venu, pour la quatrième fois, animer un atelier dont le but était cette année d’aider les participants à s’approprier des textes de ces deux spirituels.

La journée commençait par ce temps de recueillement si important pour Marcel Légaut, dans le petit oratoire où, portés par le silence, nous nous sentions en profonde communion les uns avec les autres. Une phrase riche de sens, choisie, offerte et répétée plusieurs fois par l’un ou l’une d’entre nous, nous accompagnait tout au long de la journée.
Puis Gérard nous proposait des exercices qui nous permettaient de nous rendre présents à nous-mêmes, présents à notre environnement, présents et à l’écoute des autres, afin de pouvoir travailler nos textes chacun individuellement avant de lui présenter deux fois par jour le fruit de notre travail.
Si, dans cet exercice, la mémoire occupe une grande place, elle n’est pas première. Ce qui nous est demandé avant tout c’est d’être attentif à ce que chaque mot du texte, qui devient parole, éveille en nous, de goûter la profondeur spirituelle de celui qui veut exprimer ce qui l’habite et le fait être. Seulement alors nous pouvons « donner » à ceux qui nous écoutent ce texte que nous nous sommes approprié.

Le bilan final a révélé combien chacun avait reçu du travail accompli avec persévérance et ténacité, mais aussi des autres participants, bienveillants, encourageants, sans jugement et surtout de Gérard qui n’est pas un enseignant car « l’essentiel ne s’enseigne pas » nous dit Marcel Légaut, mais lui aussi un éveilleur, un réveilleur même parfois quand il parvient à nous faire approcher de notre vérité profonde.
Le climat de paix et de sérénité qui a régné dans la maison pendant ces quelques jours a permis à chacun de goûter avec bonheur ce temps de ressourcement vécu dans le partage et la fraternité.
N’avons-nous pas, l’espace d’une semaine, fait l’expérience de cette vie communautaire dont Marcel Légaut n’a jamais cessé de rêver ?

Françoise Servigne, août 2018

09:55 Publié dans Bulletins | Lien permanent | Commentaires (3)