Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/05/2017

Des Traits sur le sable N° 76

Edito

Mi-janvier je reçois un appel téléphonique de Gérard Rouzier pour me demander d’assurer la présidence de la Compagnie du Sablier. J’ai été très surpris par cette demande, en même temps extrêmement flatté d’avoir été « choisi ». Je n’ai pas pris beaucoup de temps pour me décider favorablement, car je suis séduit par le théâtre, activité que j’ai beaucoup aimée et malheureusement abandonnée, très jeune, au début de mon activité professionnelle.
En mars dernier le Conseil d’Administration de la Compagnie s’est donc prononcé favorablement pour ma nomination de Président qui devra être confirmée à l’Assemblée Générale en juin 2017. Critère important : l’équipe au sein de la Compagnie est très soudée et fort sympathique, ce qui facilite grandement mon intégration.
Je souhaite apporter à la Compagnie le fruit de ma modeste expérience professionnelle en tant que communiquant et chef d’entreprise, mais aussi celle concernant plusieurs domaines associatifs où j’assure toujours des fonctions de gestion.
La Compagnie du Sablier n’est pas une compagnie ordinaire. Gérard nous invite dans son livre autobiographique De la scène à la Cène à travers le témoignage de sa vie, à chercher un sens à notre existence. Les nombreux spectacles qu’il donne en France et à l’étranger creusent ce sillon et nous motivent pour diffuser son message.
Et voici son nouveau spectacle Mon Luther qu’il a mis en scène et qu’il joue depuis le début du mois de mai à l’Eglise luthérienne de la rue Grenelle à Paris. Cette nouvelle représentation est pleine de promesses et fait l’objet de nombreuses commandes.
Enfin il ne faut pas oublier l’importance du soutien des adhérents de l’association, que nous remercions très chaleureusement. Nous souhaitons bien sûr leur présence à la prochaine Assemblée Générale qui aura lieu à Saint-Cloud le 15 juin à 19 h. Les convocations seront envoyées fin mai 2017, merci de ne pas oublier de nous retourner votre pouvoir le cas échéant.

Pierre THIERRY-MIEG
Président de la Compagnie du Sablier

Départ

J’apprends à l’instant le décès de mon ami Michel Wagner. Alors que des images se succèdent en rafales, de tant de moments partagés dans l’affection profonde, l’amitié fidèle, je pense à ces cortèges à la Nouvelle-Orléans, où l’on accompagne le défunt jusqu’au cimetière en jouant des airs tristes, pour revenir au son de musiques délirantes de joie, sur des rythmes endiablés d’ « Alléluia » enthousiastes. C’est cela, le départ de Michel, une grande tristesse, assez égoïste au fond, et une grande joie de le savoir libéré de la cruelle maladie contre laquelle il s’est battu de longs mois, et de le savoir auprès de Celui qui a guidé toute sa vie, ses choix, ses engagements nombreux.

C’est Michel qui m’a poussé à écrire De la scène à la Cène, nous avons écrit ensemble Souffles d’Évangile, nous avons animé sur Fréquence Protestante l’émission Avancer en eau profonde… Sa voix douce, sa gentillesse, son souci des autres resteront gravés dans la mémoire de ceux qui l’ont connu.

Sa grande douceur s’alliait à une force de conviction qui l’a amené à prendre part à de nombreux combats dont d’autres parleront bien mieux que moi.

J’aime penser que là où il est, il nous regarde et nous entend, avec un doux sourire.
Je pense à son épouse, à ses enfants, ses petits-enfants.
Et je te redis, Michel, ma profonde affection et ma gratitude.

Gérard Rouzier

Assemblée générale

Jeudi 15 juin 2017 à 19h au Temple de Saint-Cloud, 13 bd de la République.

Rapport financier 2016

Sablier Rapport financier 2016.jpg

14:53 Publié dans Bulletins | Lien permanent | Commentaires (0)

Mon Luther : premiers échos

Mon_Luther Gerard_Rouzier.jpgChoses entendues ou lues sur le Livre d’Or après les premières représentations de notre nouveau spectacle, Mon Luther :

          • On parlait de la prière l’autre jour avec mon mari. Pendant tout le spectacle je lui ai donné des coups de coude, j’entendais exactement ce que j’aurais voulu dire…
          • Je reviendrai, j’ai besoin de réécouter…
          • Je suis de confession musulmane, et j’ai été agréablement surpris de découvrir qu’il y avait tant d’enseignements et de conseils qu’on pouvait appliquer à ma religion…
  • En tant que catholique, je me suis senti très bien pendant tout le spectacle ! Je peux adhérer sans problème à ce que j’ai entendu….
  • …Ça fait du bien…
  • …Et Isabelle ! Quelle voix ! (Entendu quelques dizaines de fois, le père que je suis écoute d’un air flegmatique et blasé) 
  • La harpe nous fait du bien, cela nous offre un temps de douceur et de beauté

Les premiers échos de Mon Luther sont donc encourageants, et parfois réjouissants, même si, comme nous l’avions prévu, il fallait des critiques autant que des commentaires bienveillants pour nous aider à améliorer le spectacle. Comme je l’ai dit à quelques amis comptant parmi les premiers spectateurs : « Vous essuyez les plâtres ! »

Les critiques …

  • La bande-son passait très bien dans le temple de la Celle-Saint-Cloud, mais il nous faut une autre sono à Paris. 
  • La chaire à Paris est un peu loin des spectateurs, nous adaptons donc la mise en scène au lieu …

Mon_Luther Isabelle_Rouzier.jpgCes réactions sont d’autant plus précieuses pour nous qu’au-delà des représentations actuelles, cela nous amènera à prévoir différents cas de figures en fonction des différents lieux où nous jouerons. Merci donc à celles et ceux qui ont pris la peine de nous transmettre leurs commentaires.

Car il est vrai que Mon Luther est un « objet particulier », entre le « culte » et le « spectacle », entre la découverte ou redécouverte des paroles de Luther, et un témoignage plus intime, qui suppose une vraie relation de proximité avec le public.
Cela nous obligera donc sans aucun doute à adapter la « mise en espace » à chaque lieu qui nous accueillera, bien davantage que dans nos autres spectacles. Car dans Mon Luther, la situation se déroule dans un Temple. Il faut donc particulièrement inclure les éléments du lieu au spectacle. Et ça, c’est très « excitant ». Une forme d’improvisation (très relative) à chaque fois…

Nous voici donc embarqués dans cette nouvelle aventure, avec bonheur, et l’espoir de partager avec un public nombreux ces paroles de foi qui nourrissent, encouragent, éclairent… rappellent…

Bonne route à tous et toutes !

Gérard Rouzier

Lire aussi l'article de Réforme : Luther au théâtre

 

13:13 Publié dans Spectacles | Lien permanent | Commentaires (0)

02/05/2017

Première de Mon Luther le 2 mai à Paris

Un homme qui prépare une conférence sur Luther raconte à sa psychanalyste un rêve qu'il a fait : il était Luther, et disait des sermons, des pensées sur la Bible, la foi, les œuvres… Des paroles étonnamment actuelles.
avec Gérard Rouzier et Sandrine Pourailly (harpiste)

Gérard Rouzier parle de Luther et du spectacle qu'il a monté à l'occasion des 500 ans de la Réforme :