Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/02/2008

Le travail pendant les stages

Manger la Parole

Je m'avançai vers l'ange et le priai de me donner le petit livre. Il me dit : Prends et mange-le. II sera amer à tes entrailles, mais dans ta bouche il aura la douceur du miel. Je pris le petit livre de la main de 1'ange et le mangeai. Dans ma bouche il avait la douceur du miel, mais quand je l'eus mangé, mes entrailles en devinrent amères. Et l'on me dit : Il te faut à nouveau prophétiser sur des peuples, des nations, des langues et des rois en grand nombre. Ap. 10,8-11

Il me dit: « Fils d'homme, mange-le, mange ce rouleau; ensuite tu vas parler à la maison d'Israël. » J'ouvris la bouche et il me fit manger ce rouleau. Il me dit: « Fils d'homme, nourris ton ventre et remplis tes entrailles de ce rouleau que je te donne.» Je le mangeai : il fut dans ma bouche d'une douceur de miel. Il me dit: « Fils d'homme, va : rends-toi auprès de la maison d'Israël et parle-leur avec mes paroles...» Ez 3,1-4

"Et le verbe s'est fait chair. " Jn 1,14

"Je suis le pain vivant qui descend du ciel. Celui qui mangera de ce pain vivra pour 1'éternité. Et le pain que je donnerai, c'est ma chair, donnée pour que le monde ait la vie." Jn 6,51

Une expérience

Je prends un livre, disons au hasard, la Bible. Je l'ouvre. Un psaume. De louange. Je lis. Si je ne suis pas trop distrait, pas trop pressé (car dans ce cas je n'y comprends rien, cela m'ennuie), j'en saisis le sens. Cela me plait. Cela me fait du bien. Cela "me recentre sur Dieu". Alléluia. Je prends dans ce psaume de louange un mot, ou un petit groupe de mots, je le prononce, murmuré ou à haute voix, attentif à sa résonance, à l'écho qui se propage en moi, je le dis à nouveau, toujours aussi attentif, à l'écoute... Shema Israël. Et soudain, mais que m'arrive-t-il ? Ce mot, ces paroles de louange, si agréables à la lecture, voilà que brusquement elles me font mal - tout en me faisant du bien - me voici troublé, étonné, parfois en larmes... La Parole de Vie me dévoile à moi-même mes "arrangements" avec la vie, mes refus de la vie, la distance qui me sépare de ...de quoi ? De mon âme ? De Dieu ? Alors que je croyais... que je croyais... quoi ? Mais l'expérience ne s'arrête pas là. Je continue. Encore un peu. Et quelque chose s'ouvre. Une joie profonde m'envahit. Je suis dans la louange. Et quelque chose a changé dans ma vie.

Une autre expérience 

Je prends un autre livre, disons au hasard, la Bible (Il y en a plusieurs à la maison). Je l'ouvre. Un psaume. D'appel au secours. Des malédictions contre mes ennemis, des demandes de vengeances effroyables contre eux et leurs enfants. Je lis. Cela me déplaît. Cela m'agresse. Cela m'éloigne de Dieu. Vade rétro. Je prends dans ce psaume détestable un mot, ou un petit groupe de mots, je le prononce, murmuré ou à haute voix, attentif à sa résonance, à l'écho qui se propage en moi, je le dis à nouveau, toujours aussi attentif, à l'écoute... Shema Israël. Et soudain, que m'arrive-t-il ? Ces paroles de mort, ces paroles impitoyables, voici qu'une lumière venue de l'intérieur, mystérieusement, les éclaire d'une signification nouvelle, tout autre, évidente : ces ennemis honnis, ce sont mes démons intérieurs, mes haines, tout ce qui en moi est opposé au courant de vie, de joie, d'ouverture, d'amitié. Sous un souffle mystérieux, ces ennemis volent en éclats, et leurs enfants, ma fermeture, ma peur, ma rancune, se fracassent contre les rochers de ces paroles, et « je suis libéré de mes ennemis »...

Bien sûr ces exemples sont choisis aux extrémités opposées. Cela ne se passe pas toujours ainsi. Chez certaines personnes - heureuses sont-elles -, la louange rencontre un coeur ouvert et ne "déclenche" que du bonheur. Je pense aux regards limpides de deux personnes assez âgées ayant participé aux derniers stages. Chez d'autres, la résistance revêt parfois un caractère peu spectaculaire. Pas de larmes, pas de trouble apparent. La fermeture. Mais cela ne dure guère. Et quelle joie alors. Ce que je voudrais exprimer à travers ces exemples tirés d'expériences vécues lors de stage ou d'ateliers, c'est la puissance étonnante avec laquelle, par la manducation de la Parole, chère aux Orthodoxes, le Vivant travaille en nous. Le Verbe s'est fait chair, et nous a dit : Mangez ma chair, mangez moi. Manger la Parole, obéir à la lettre à ce message du Vivant, est une manière "certifiée garantie" par le Maître lui-même, de le recevoir. Dans les ateliers "Accueillir et transmettre cette Parole qui nous transforme", nous nous ouvrons d'abord, par quelques exercices apparemment anodins, au silence. Nous essayons pour commencer de ne plus nous identifier à tout ce qui nous agite et nous trouble. Puis, dans un silence le plus silencieux possible, espace ouvert en nous, nous écoutons, et nous laissons résonner la Parole en nous. C'est très simple. Très riche. Très émouvant. Car c'est très... VIVANT.

Gérard Rouzier

Session des 25-26-27 avril 2008

 Wu Wei et Evangile

Le Notre Père et le non-agir dans la Tradition taoïste

Le  wu wei, que l’on traduit habituellement par l’expression non-agir, est une notion essentielle dans les traditions bouddhistes et taoïstes.  Il est à  l’opposé de toute idée de laisser-aller, de démission ou de relâchement, et trouve un écho très fort dans les évangiles, notamment  chez Jean (Je suis la vigne, et mon Père est le vigneron), et dans le Notre Père (que ta Volonté soit faite).

Par la méditation et le dialogue sur le Notre Père, sur les évangiles, et sur quelques chapitres du Tao to king* exprimant  la vision taöiste de l’univers, nous essaierons d’approfondir  et d’éprouver cette notion  fondamentale du wu wei, dont l’application rejoint un art de vivre sa foi pour le croyant, et pour le non-croyant, un art de vivre la confiance.

Voir  dans les Traits sur le Sable numéro 39, l’article de Gilbert Coudray, traducteur du Tao to king.

*Recueil de sentences de Lao-Tseu (VIème siècle avant J-C), considéré comme le fondement du taoïsme.

23/10/2007

Le témoignage d'un stagiaire

Noël, la naissance de ma vérité !
C’est le programme que nous proposait Gérard Rouzier. Chacun est arrivé avec ses attentes, mais se demandant :
Comment ?
Par la parole. La parole de la Bible.
Gérard nous a donné à chacun deux textes, courts, l’un des Psaumes, l’autre de St Jean.
Et nous les avons manduqués, c'est-à-dire mâchés, heure après heure, jour après jour, pendant cinq jours, de toutes façons, seul face au texte,  deux à deux, l’un en face de l’autre, face à Gérard, de telle sorte qu’ils descendent au plus profond de nous-mêmes.
L’exercice fondamental pour cette intériorisation était l’assise silencieuse guidée par Gérard, la marche silencieuse dans ce beau parc, seuls ou en groupe.
Les échanges du groupe étaient nourris et incessants, même pendant les repas, même pendant les temps de pause. Un réseau de paroles. Nous avons expérimenté que l’autre, le groupe, est révélation de nous-mêmes. Et Gérard y a joué une grande part.
La rencontre avec la parole a été physique, charnelle, viscérale beaucoup plus qu’intellectuelle.

Qu’en avons-nous retiré ? Qu’avons-nous ressenti ?

Un écho dans notre vie, une emprise directe sur notre vie.
Une rencontre avec nos valeurs fondamentales, avec la parole de Dieu, avec Dieu.
Une ouverture à la relation avec nous-mêmes, avec les autres, avec le principe de vie qui nous dépasse.
Nous nous sommes sentis retournés comme une terre qu’on laboure.
Retournés vers un autre regard. Retournement dans ce moment privilégié entre la fin de l’expir et le début de l’inspir.
Certains se sont sentis réconciliés avec la parole de Dieu. Nous nous sommes trouvés languir après la parole de Dieu comme la biche après l’eau vive.

Cette parole qui nous est destinée, nous avons à la trouver en brisant la coquille du texte-et c’est là que s’exprime notre liberté.
Nous avons travaillé la parole et -cheminement mystérieux- la parole nous a travaillés.

C’est Noël, l’anniversaire, le rite qui me rappelle les naissances qui me fondent. Je re-nais.

Jean-Paul Jacquot

01/10/2007

L'émotion à voix haute (La Vie)

9e66d8e7203ed79757f25b9ccbcb9aa3.jpg"Le comédien Gérard Rouzier propose un atelier original pour s'approprier le texte biblique. A l'attention de tous ceux qui souhaitent savourer la Parole et prendre le risque de se laisser transformer par elle." (...)

Télécharger l'article complet en format .pdf (880 Ko) : article lavie atelier bible.pdf

01/09/2007

De la parole au geste (France catholique)

0113394cf36b8c2766ca6d62a4700d5b.jpg"Il y a l'émotion que l'Ecriture fait retentir au fond de l'âme, mais comment en témoigner ? Gérard Rouzier, à la demande de quelques uns, transmet son savoir de comédien pour le leur permettre." (...)

Télécharger l'article complet en format .pdf (864 Ko) : article FC atelier bible.pdf